Bilan de mi-mandat

 

Le bilan à mi-mandat de la majorité « Les Républicains » de notre ville n'est pas à la hauteur des enjeux de notre société. Face à cette municipalité « UMP » - droite dure, conservatrice et très passéiste - nous avons montré notre volonté d'être force de proposition pour offrir un avenir meilleur à tous les Couramiauds.

 

Sur le plan démocratique et de la gouvernance tout d'abord, les Saint-Chamonais, comme l'ensemble des Français sont demandeurs de transparence. De son côté, le Maire cumule trois indemnités plus des avantages divers liés à ses fonctions au sein de la ville, du conseil départemental, et de Saint-Étienne Métropole.

 

La loi a heureusement changé et il ne pourra pas se présenter à l'élection législative !

 

Nous l'avons questionné plusieurs fois sur ces montants sans obtenir de réponse. Nous sommes peut-être en dessous de la réalité en estimant la somme de ces indemnités à près de 10 000 €. Dans le même temps, le Maire dénonce régulièrement l'augmentation de 1,2 % en 6 ans des salaires des fonctionnaires territoriaux. Nous nous posons une question : Comment un seul homme peut-il faire correctement le travail de 3 personnes ?

 

Les habitants souhaitent également plus de démocratie participative, être consultés et associés aux décisions prises dans leur quartier ou pour la ville. Les conseils citoyens sont dans la déshérence la plus complète car rien n'est fait pour leur permettre de « plancher » sur les projets.

 

Au cours de ces 3 premières années, nous avons dû dépenser beaucoup d'énergie dans le combat perpétuel pour garantir en début de mandat, notre expression dans le magazine de la ville, ou pour faire entendre notre voix méprisée, coupée, empêchée lors des conseils municipaux.

 

Nous regrettons le refus systématique de procéder au vote de vœux que nous avons proposés, comme sur l'accueil par notre ville de quelques réfugiés pour montrer notre solidarité avec ces peuples dans la peine ; comme sur le désinvestissement carbone pour prendre part à la lutte contre le réchauffement climatique et contre la pollution urbaine.

 

Au sujet de la tranquillité publique, incapable de régler au cas par cas quelques incivilités dans notre ville, le maire a promulgué en 2016 de multiples arrêtés pour interdire la mendicité, les mariages le samedi après-midi, les regroupements après 19 h, l'ouverture des magasins après 21 h.

 

Nous notons une politique qui empiète de plus en plus le terrain du Front National en matière de sécurité avec notamment un budget très important en matière de vidéosurveillance et d'armement de la police municipale ; mesures totalement inefficaces dans la lutte contre les incivilités.

 

Cette majorité a perdu tout discernement dans cette escalade sécuritaire, et attisé des clivages que nous ne pouvons cautionner.

 

Au sujet de l'emploi - principal argument de campagne du Maire -, s'il est vrai que des dizaines de millions d'argent public sont dépensés pour relocaliser sur Novaciéries et sur la zone de la piste d'essais, des entreprises déjà présentes sur notre territoire, mais aussi pour développer toujours plus de grandes et moyennes surfaces commerciales au détriment de notre commerce de proximité très créateurs d'emplois, ou encore pour installer des loisirs payants toujours plus chers ainsi qu'une culture "multiplex" à destination de la seule population qui pourra se l'offrir, il est vrai aussi que le nombre d'emplois réellement créés est lui très proche de zéro.

 

En ce qui concerne le commerce, avec l'aide de l'association « Carrément Saint-Chamond », très active, le Maire tente très sincèrement de redynamiser l'activité du centre ville en voie d'extinction depuis de nombreuses années. De grands projets vont être menés avec beaucoup d'argent public, mais dans le même temps, le Maire cède sur l'implantation à Saint-Étienne de STEEL, une zone commercial gigantesque et cède aussi sur Monthieu, en laissant doubler la surface des petites boutiques. Il s'obstine de plus à la réalisation d'une extension de près de 15 hectares de la zone commerciale de la Varizelle.

 

Concernant l'environnement, la santé - avec la lutte contre la pollution de l'air -, rien n'est fait.

 

Au contraire, c'est le tout voiture qui s'impose. Si, à SEM, une vraie politique de développement des transports vertueux s'imposait avec : train-tram, bus, transport par câble, amélioration du cadencement, développement de l'inter-modalité, des modes doux sur les petits déplacements (vélo, piétons...), nous pourrions réduire considérablement cet usage exclusif de la voiture, encore renforcé avec le projet A45 dont le devis initial s'approche des 1,5 Milliards d'euros.

 

Le développement durable et le cruel absent de ce mandat en cours ; nous avons le sentiment de vivre dans une ville hermétique aux rapports catastrophiques sur l'état du monde, sans responsabilité sur l'état de notre biodiversité, sur les effets de la pollution sur la santé.

 

C'est comme si, le dérèglement climatique ne nous concernait pas. Il faut mobiliser les forces vives de la ville, proposer aux conseils de quartier, aux associations, de sensibiliser les habitants pour bâtir un projet s’appuyant sur la nécessaire transition écologique contre le dérèglement climatique, en faveur de la diminution des Gaz à Effet de Serre, car l’appréhension de ces questions est l'affaire de tous.

 

Nous avons pour notre part démontré régulièrement que nous sommes prêts à un travail constructif et ambitieux pour la ville.