Conseil municipal du 15 septembre 2014

 

  • Rythmes scolaires

 

Le bien être des familles est aussi une priorité pour les écologistes, et la priorité de chaque famille, c'est avant tout la réussite scolaire de ses enfants.

 Cette réforme diminue chaque après-midi le temps scolaire, et permet un travail très efficace lors des cinq matinées.

 

Le système scolaire a besoin encore de se réformer, mais ces nouveaux rythmes doivent participer au retour d'une école plus égalitaire, l'école de la réussite de tous. Une école qui permettrait à nouveau l'ascension sociale des plus défavorisés.

 

Le retour que nous avons, sur les quinze premiers jours d'école, à partir de quelques enseignants interrogés, semble plutôt positif.

Ces quelques personnes s'accordent à dire que les temps d'écoute et d'attention des enfants sont plus nombreux. La qualité du travail réalisé et  des apprentissages s'en trouvent renforcés.

Il est bien sur trop tôt pour en voir les effets réels, nous espérons qu'un suivi sera mis en place.

 

L'organisation du temps d'activité périscolaire gratuit a été, nous l'imaginons bien un vrai « casse-tête » pour les services.

Il pose aussi un vrai problème de précarité pour certains intervenants embauchés sur des temps très courts.

Quelques problèmes d'organisation ou d'absence d'intervenant nous ont été signalés. Le retour global reste tout à fait positif.

 

Nous souhaitons donc saluer le travail de Mme Béatrice Coffy et du service éducatif de la ville.

Malgré votre opposition à cette réforme, vous avez su dans une attitude très républicaine et courageuse, rendre opérationnelle l'organisation du temps péri-scolaire.

 

  • Saint-Julien : poste d'adulte-relais

 

Oui bien sur, évidemment, nous allons approuver ce texte et autoriser Monsieur le Maire à signer cette prolongation de poste d'adulte relais.

 

Qui pourrait s'opposer à ce que l'on puisse mieux vivre ensemble dans le quartier de Saint-Julien, quartier très longtemps abandonné, livré à la ghettoïsation à certaines époques ?

 

Qui pourrait s'opposer à l'information et la consultation des habitants ?

Qui pourrait s'opposer à favoriser les liens et la dynamique de retour à l'emploi ?

Qui pourrait s'opposer à l'intégration des nouveaux habitants ?

 

Nous sommes très heureux de ce revirement complet de ligne politique et nous espérons qu'il n'est pas que de circonstance.

 

Car, après une campagne, pendant laquelle vous avez mis en avant les thèmes sécuritaires en évoquant seulement la répression, l'installation de caméras, le recrutement encore plus important de policiers et l'armement des forces de l'ordre municipales, nous sommes surpris mais enchantés de découvrir que peut-être à vos yeux, le mieux vivre ensemble permettrait d'apaiser les quartiers.

 

Nous sommes - au sujet de la démocratie locale et du mieux vivre ensemble - là aussi prêts à entreprendre un travail constructif avec vous.

 

  • Vélos électriques en location

 

Nous avions le 24 juin 2014, lors du dernier conseil municipal, souhaité poser une question sur le devenir  de la location de vélos à assistance électrique.

 

Vous aviez alors refusé de répondre, jugeant hors délai, le dépôt de cette question.

 

Vous aviez à cette occasion, montré une autorité et une intransigeance en décalage complet avec le travail constructif que nous appelons de nos voeux, et surtout montré du mépris pour les Saint-Chamonais qui nous avaient interrogés à ce sujet.

 

Sans doute pris de remord le 25 juin, vous avez renouvelé la convention pour ce service.

Nous ne disposons pas dans les documents de préparation du conseil, d'exemplaire de cette convention.

Nous nous interrogeons donc sur plusieurs points :

 

- Concernant les règles d'attribution, les premiers avertis ont-ils été les premiers servis ?

- Cette location est-elle reconductible ? Dans quelle mesure ?

- Les bénéficiaires ont-ils des comptes à rendre sur le volume d'utilisation de ces vélos ?

- Est-il prévu une étude sur les types de déplacement ?

- Le nombre très limité de vélos, 30 % de moins que précédemment, au regard de la demande importante, nous fait craindre un manque de volonté politique pour le recours à ce mode complémentaire de déplacement.

- Avez-vous prévu une mise en service ultérieure pour satisfaire cette demande ?

 

L'arrivée dans le trafic urbain de vélos est selon tous les spécialistes source d'apaisement de la circulation.

Cela nécessite cependant quelques aménagements.

 

Un plan vélo pour notre ville, c'est un enjeu de santé publique, de développement économique, c'est la réduction des émissions de CO2 et des pollutions aux particules fines. C'est aussi et surtout, une diminution des coûts de déplacements pour les porte-monnaie des utilisateurs.

 

Nous pourrions vous parler encore longtemps des attraits de ce mode de déplacement. Notre participation à la création d'une commission sur le sujet permettrait ce travail constructif que nous appelons de nos voeux.