Conseil municipal du 1er février 2016

 

  • Exercice budgétaire 2015 – Budget principal de la ville – Transferts de compétences à SEM / Transfert des emprunts du budget eau-barrages à SEM

 

Il apparaît indispensable d’avoir une vue d’ensemble de la gestion de l’eau, en particulier pour répondre aux crues en période pluvieuse et au manque d’eau en période estivale. L’exploitation de l’ensemble des barrages demande à être coordonnée au niveau de Saint-Etienne Métropole et d’aller vers une gestion publique, car cela est aussi une garantie pour la stabilité du prix de l’eau.

 

Avec des écologistes dans l'exécutif, Saint-Chamond serait aujourd’hui dotée d’une régie municipale de gestion de l’eau.

Les documents relatifs à la remontée des compétences apportent la garantie que la commune garde la liberté de décider d'une gestion municipale.

Nous voterons pour cette délibération.

La remontée de compétences justifie cette décision modificative.

 

Cependant, quelques questions se posent :

 

- que devient  la régie des barrages?

- qui va décider du prix de l'eau brute?

- qui va faire appliquer sur le terrain l'arrêté préfectoral du périmètre de protection des barrages?

- que devient le garde-barrage qui contrôle toute l'année (relevés) les barrages et qui a un rôle essentiel ?

 

SEM hérite de 2 barrages en parfait état (3 millions d'euros de travaux sur les dernières années) avec une ressource en eau protégée semble-t-il, sans nitrate, ni résidus médicamenteux ainsi que  d'un réseau de fabrication et distribution de l'eau potable en bon état (87% de rendement).

 

Avons-nous l'assurance qu'il en est de même sur tout le territoire ? 

 

 

 

  • Don de matériel informatique réformé à des associations à but non lucratif-convention

     

(source : http://www.planetoscope.com/recyclage-dechets/recyclage-collecte)

 

Nous souhaitons approuver cette délibération qui va dans le bon sens en termes économiques, sociaux et environnementaux.

En effet la quantité des déchets électriques et électroniques ne va qu'en s'accroissant dans le monde. Selon une étude de Pike Research (*), en 2014,  nous avons produit 74 millions de tonnes de déchets d’équipements électriques et électroniques, soient 2346 kilos par seconde. Cette même étude alerte sur le fait que les pays émergents n’ont pas encore les moyens de les traiter.

 

Nous savons aussi, comme l'a révélé en 2007 un rapport de l’ONG Basel Action Network, que nombre de ces déchets hautement toxiques sont envoyés dans les pays les plus pauvres comme au Nigeria qui reçoit dans sa capitale quelque 400.000 ordinateurs par mois dans sa décharge.

 

Participer localement au recyclage c’est prendre en charge de façon plus globale notre environnement.

Faire profiter le monde associatif de ce matériel c’est aussi pour nous une mesure sociale et économique qui va dans le bon sens. Nous demandons que chaque année soit établie la liste de toutes les associations qui ont bénéficié de dons afin que cette opération soit menée dans la plus grande transparence.

 

(*) Pike Research : firme américaine de recherche de marché et de conseil qui fournit une analyse en profondeur des marchés mondiaux de technologies propres.)

 

  • Jeunesse – participation aux trophées jeunes espoirs-attribution de subvention

     

Nous avions déjà exprimé nos résistances à un tel projet qui fait la publicité d’une banque qui ne développe pas une éthique très écologique.

 

Pour 350€ cette banque s’achète une image à bon compte ; il n’est pas très compréhensible que la mairie de Saint-Chamond s’associe à une telle opération de communication.

De plus, le projet lui-même nous gêne avec la compétition qu'il génère. Ces trophées valorisent la culture de l’individu au détriment du collectif.

 

Si des récompenses doivent profiter à certains projets c’est à ceux qui ont été réalisés collectivement. Cette culture du mérite est profondément injuste. Certains qui ne sont pas les premiers peuvent être tout aussi méritants au vu des efforts qu’ils ont investis. Celui à qui profite le trophée n’en avait peut-être pas besoin financièrement alors qu’un jeune plus défavorisé mais tout aussi investi ne l’aura pas obtenu

 

C’est l’esprit de la compétition qui est favorisé et non l’esprit du plaisir d’apprendre, de faire ensemble, de rendre service. Nous pouvons espérer que cette mentalité de toujours vouloir mettre les uns et les autres en compétition perdra du terrain au profit d'une logique de coopération qui produit du lien social en plus de générer des innovations dans tous les domaines.

 

  • Urbanisme – Poursuite des opérations décidées par la commune avant le transfert de la compétence à SEM – Zac Varizelle

 

C'est un projet d'espace commercial qui a été soumis par le préfet de région à étude d'impact, le 18 mai 2015. Nous n'avons pas pu avoir accès à cette étude.

La décision motivée précise :

« Le site du projet s'établit sur un secteur comprenant 8000 m2 de friche humide, repérée par le PLU comme un élément à protéger et localisé à proximité directe d'un corridor écologique d'intérêt régional et au croisement de 3 corridors écologiques locaux. Il est aussi à proximité direct d'un cours d'eau avec une problématique à risque fort d'inondation. ».

 

Les aménagements conduisent à la destruction de la zone humide, alors que le PLU indique qu'elle « (…) ne devra être ni comblée, ni drainée, ni être le support d'une construction ou de voirie. Elle ne pourra faire l'objet d'aucun aménagement, d'aucun affouillement pouvant détruire les milieux présents (…) Seuls les travaux nécessaires à sa restauration ou à sa valorisation sont admis ».

 

Le projet est bien avancé, puisque le permis de construire a été déposé dans la première quinzaine de décembre ; nous n'avons pour l'instant eu aucune information sur ce sujet - ou alors très vagues en commission urbanisme.

 

Nous pensions que dans un souci de concertation vous aviez informé les commerçants de Saint-Chamond par le biais de l'association nouvellement créée...

 

Vous ne manquez pas de répéter régulièrement que vous avez su fédérer les commerçants et que vous travaillez pour leur permettre d'exister et de prospérer. Ils n'ont pas d'informations non plus et semblaient très en colère de découvrir cela quand nous leur avons appris que ce projet, déjà ancien - puisqu'on en parle depuis la création de la zone - a évolué en taille depuis avril dernier.

 

Le projet semble important : 15 000 m2 dont 11 500 m2 de commerces de sport, d’équipement des ménages et de la maison, avec de la vente directe de producteurs, alimentation bio, boulangerie industrielle, surgelés… Mais aussi 2000  m2 de loisirs et 2000 m2  de restaurants.

 

Ce projet - si on l'ajoute à celui de Novaciéries et aux différents projets stéphanois - ne va pas me semble-t-il dans le sens d'un centre ville commercial et dynamique !!!

Il nous semble néfaste au développement harmonieux de notre ville.

 

Nous voterons contre cette poursuite d'opération car nous estimons qu'elle met en danger le commerce local, notre environnement - avec la stérilisation d'espaces naturels, et la destruction d'une zone humide - et notre sécurité avec l'augmentation du risque de crue.