Conseil municipal du 2 novembre 2016

 

 

  •  Monsieur l'adjoint aux sports, Saint-Chamond est-elle l'amie de tous les sportifs ?

 

Alors que l'on apprend qu'il y a 15% d'obèses en France et que la course à pied est un des sports les plus abordables par tous, il semblerait que les coureurs(ses) de tous les jours ne soient plus les bienvenus sur la pelouse du stade du complexe Vincendon.

 

Rappel des faits : Depuis des décennies, des coureurs(ses) – de tous niveaux – s'échauffent et préservent leurs articulations en trottinant parfois autour du terrain de foot engazonné (donc, en dehors des limites du jeu !).

 

Or, dernièrement, 6 panneaux ont été installés qui annoncent une interdiction d'accès à la pelouse : la chasse aux runners est ouverte !

 

La course à pied et le football peuvent pourtant cohabiter quand on sait que les seules parcelles de gazon détériorées sont les corners, les « surfaces de réparation » et les zones devant les abris des entraîneurs : étonnant, non ?...

 

Que deviendront les enfants de l'Entente Athlétique ; auront-ils toujours accès à cette pelouse idéalement placée à côté des vestiaires et du matériel du club ?

 

D'autre part, quitte à investir dans des panneaux, il serait sûrement plus judicieux d'en installer pour indiquer clairement où se trouve le défibrillateur : nombreux sont ceux qui l'ignorent...

 

  • Indemnité « de conseil »

 

Sans remettre en cause la compétence et la probité du Receveur municipal, nous nous interrogeons simplement sur l’opportunité de verser cette indemnité.

 

L'indemnité dite « de conseil » versée au comptable du trésor est un des derniers cas où un fonctionnaire de l'État perçoit des gratifications de ses interlocuteurs administratifs.

 

Cette situation appelle de notre part un questionnement.

 

Tout d'abord, nous nous questionnons pour savoir si une telle situation est satisfaisante du point de vue de la déontologie en liaison avec le contrôle de la légalité des paiements effectués par la commune.

 

De quelle liberté dispose finalement la collectivité territoriale quant à l'opportunité de recourir aux conseils du comptable et pour fixer le taux de l'indemnité correspondante ?

 

Cette liberté pourrait - nous semble-t-il - affecter l'indépendance dont doit faire preuve le comptable public dans l'exercice de sa mission.

 

De plus, le comptable effectue tout simplement son travail, sinon le même raisonnement pourrait conduire à faire verser également une indemnité dite « de conseil » aux sous-préfets ou aux chefs de services d'autres administrations qui peuvent être consultés.

 

Le taux accordé est-il proportionnel à l'engagement et à l'investissement personnel, consentis en dehors des horaires habituels de travail du comptable ?

 

Quel est le montant de l'indemnité ?

 

  • Sports-Attribution d'une subvention exceptionnelle au bénéfice de l'association « Les enfants du vieux Creux à la française »

 

Nous allons approuver l'octroi d'une subvention exceptionnelle au bénéfice de l'association « Les enfants du vieux Creux à la française », car nous pensons que le mieux vivre ensemble dans notre commune est dépendant aussi de la place que l'on accorde à la vie associative et culturelle.

 

Nous ne doutons pas de l'implication des bénévoles, ni de la réelle nécessité de ces travaux.

 

Nous nous questionnons cependant encore une fois sur votre fonctionnement.

 

L'impression qu'il nous donne est qu'il semble que l'attribution ou non soit le « fait du Prince ». Un acte qui semble arbitraire ou tout au moins assez opaque à nos yeux, et nous pensons, aux yeux de nos concitoyens.

 

Nous souhaiterions donc plus de transparence concernant ces mises à disposition.

 

Nous vous avons demandé, en début de mandat, si vous aviez des règles d'attribution ? Il semble que non.

 

Comment pouvons-nous, avoir l'assurance que toutes les demandes sont étudiées équitablement ?

 

Ne serait-il pas envisageable de retrouver toutes les demandes de subventions, exceptionnelles ou non, toutes les demandes d'attribution de salle, sur le site de la ville avec les critères objectifs retenus pour toute attribution ?

 

 Nous avions évoqué l'idée d'une commission qui pourrait fixer des règles plus précises d'attribution de salles à titre gracieux, de subventions exceptionnelles ou non.

 

Tout doit être fait pour promouvoir cette vie associative riche et diverse dans la plus grande transparence possible.

 

 Il s'agit là d'une association propriétaire de ses locaux dont la ville va assurer partiellement la rénovation. Une contre-partie ne pourrait-elle pas être envisageable ? Une convention pourrait permettre par exemple l'utilisation des locaux à certains moments et sous certaines conditions à définir par les habitants du quartier.

 

  • Jeunesse – projets collectifs « jeunes innovants » – attribution de subvention exceptionnelle

 

Nous jugeons intéressant cet appel à projets collectifs « jeunes innovants » ; nous approuverons donc l'octroi de subventions.

 

Nous souhaitons cependant profiter de cette délibération pour réaffirmer encore une fois le soutien sans faille que, nous écologistes, apportons à l’école publique.

 

Nous veillerons scrupuleusement, à ce que les subventions accordées aux écoles privées n’aillent pas au-delà de ce que la loi permet.

 

Nous ne pouvons confondre l’enseignement privé avec l’enseignement public, gratuit, laïque et obligatoire qui, ne choisit pas ses élèves.

 

  • Urbanisme-Dénominations de voies

 

Concernant ces dénominations de voies, nous sommes plus favorables aux noms de métiers anciens ou actuels, aux noms empruntés à la faune et à la flore, noms de province comme à Fonsala, ou reprenant comme pour la rue de l'octroi, une fonction ancienne.

 

 Au delà des mérites, des histoires, des parcours, la personnalisation a tendance a politiser l'acte, et nous le regrettons.

 

Pour étayer notre propos, trois personnes avaient été choisies lors de la dernière délibération similaire : exclusivement des hommes ! Pas une femme n'était méritante à vos yeux ?

 

Nous avions ce jour là sollicité Madame la conseillère municipale en charge du patrimoine, en lui demandant de faire avec nous le compte des noms de rues saint-chamonaises dédiées à des femmes.

 

Nous étions toutes deux en accord pour dire que c'était vraiment trop peu...

 

Nous avions le sentiment à l'issue de cette délibération d'avoir éveillé vos consciences Mesdames, Messieurs les élus. Et bien non, vous récidivez !

 

Ces hommes, deux notables, sont bien sur très respectables, mais une proposition plus équilibrée avec le nom d'une femme et d'un ouvrier par exemple, aurait été plus pertinente.

 

Notre histoire locale est riche de personnages, d'autres milieux, d'autres conditions, d'autres origines et de l'autre sexe, tout aussi méritants.

 

Nous avions voté pour en mai 2015, malgré nos remarques, votre phallocratie récidiviste nous encline cette fois à nous abstenir.

 

  •  Intercommunalité-parking de la place de la liberté

 

 En désaccord avec le mode de gestion des parkings, laissé à une entreprise privée, nous nous abstiendrons concernant les deux délibérations sur ce parking.

 

Cependant, pour rappel, la délégation au privé comme pour l'eau et la restauration scolaire augmente toujours les coûts.

Vinci a réalisé des bénéfices de 1,9 milliards d'euro en 2013, ils sont montés à 2,5 Mds en 2014.

 

Les Saint-Chamonais ont contribué en utilisant l'espace public pour garer leurs véhicules en 2015, à la réalisation de performances solides, stabilité du chiffre d'affaires à 38,5 milliards d'euros pour un résultat net à 2,1 milliards d'euros.

 

Les tendances 2016 sont rassurantes, avec la progression attendue des résultats...

 

Le monde de la finance vous remercie Monsieur le Maire ; nous ne sommes pas certains qu'en connaissant cela les Saint-Chamonais le fassent aussi !

 

Au terme de cette convention avec le délégataire, est-il envisagé une modification pour une gestion public de ce service aux habitants ?

 

  •  Notre tribune dans le journal municipal de novembre :

 

Le maire de Saint-Chamond s'irrite de nos propos concernant son cumul d'indemnités, proche de 10 000 euros, sans jamais contredire ce chiffre. Dans le même temps, avec l'appui des médias, il communique sur de soi-disant emplois créés sur la zone de Novaciéries.

 

S'il est vrai que des dizaines de millions d'argent public sont dépensés ; pour relocaliser sur cet espace des entreprises déjà présentes sur notre territoire, pour développer toujours plus de grandes surfaces commerciales au détriment de notre commerce de proximité très créateur d'emplois, pour installer des loisirs payants toujours plus chers ainsi qu'une culture "multiplex" à destination de la seule population qui pourra se l'offrir, il est vrai aussi que le nombre d'emplois réellement créés est lui très proche de zéro.